Travel & Poetry

Satire sur la société

August 28, 2021

Cher Enfant, Cher adolescent, Cher adulte, 

Bienvenu dans le monde. Je suis la société, laissez-moi vous donner quelques règles pour y survivre. 

Vous voilà dans l’enfance, une étape pour vous former. Vous démarrez avec beaucoup de fraîcheur et votre propre personnalité. Vous allez bientôt découvrir que certaines choses que vous aimez ou que vous pensez ne seront pas acceptées. 

Dans un premier temps, apprenez à suivre le mouvement. Toute originalité, toute différence et vous serez écarté, voir persécuté. Mais ne vous récriez pas “Oh! quel monde cruel ! ” Car cela fera de vous un être adapté au marché. Vous ne voudriez pas devenir ce qu’on appelle un marginal n’est-ce pas ? La loi grégaire ne vous le permet pratiquement pas. L’école et l’université se chargeront du gros du travail de conformité. Si par hasard, vos parents venaient à penser différemment, ils vous rendront un peu différents et votre inconfort en sera grand mais que l’on ne s’inquiète pas, ils ne seront que peu influents. De manière générale, quelques troubles de comportements ne vous feront pas de mal. Ils donneront à vos mamans débordées un sujet de préoccupation à discuter car il est valorisant d’avoir un enfant compliqué. 

Ne chercher pas à vous instruire ailleurs que ce qu’on vous demande de lire, autrement vous allez souffrir. Elargir vos façons de penser ne peut que vous égarer. A coup de cours approuvés, d’examens agréés, de jeux et de camps ne vous confrontant pas à des âges différents, – Attention, cela aussi c’est important, il est déconseillé d’avoir une amitié avec quelqu’un dont l’écart d’âge est important – Pourquoi ? Parce qu’ils ne sont pas de votre année ! C’est déjà une raison suffisante. Mais si par malheur vous êtes de ces fouineur qui posent trop de questions, voilà une autre raison. Un enfant doit être sociabilisé avec ses congénères, un grand-père ou un petit frère risquerait une fois de plus de vous offrir sur le monde des points de vue trop contraires. Si enfant, vous peignez en dehors des lignes, petit à petit, vos angles et vos maladresses vont être poncés et vous allez apprendre à remplir les cases avec les couleurs exigées. 

L’adolescence verra votre confiance en vous plonger. Vous appartenez aux meneurs ou vous appartenez aux losers. Insultes, commérages et ragots, la lutte humaine ne réussi pas encore très bien à déguiser ses vilains soubresauts. Soyez sots, faites l’interdit, voilà ce que j’attends de vous. Vous êtes un adolescent qui doit se former sans sortir du lot. 

Si auparavant vous avez été cadenassé, maintenant vous êtes lâché, à vous de vous débrouiller. Vous n’êtes ni prêt, ni mature pour conduire votre vie ? Ne m’accusez pas de ne pas vous y avoir préparé même si ce serait la vérité. En vous sentant un peu perdu vous allez plus facilement vous raccrocher à la société ou alors vous allez totalement dériver. 

Vous vous devez d’être libre et indépendant. Indépendant de quoi, tiens c’est nouveau cela ? Eh bien, de vos parents ! Mais pas de moi, car vous êtes toujours mon enfant, qui soufre quand on le laisse à l’écart sur un banc. D’ailleurs pourquoi ne pas vous rendre dépendant ? Alcool, séries, fumette,… Tout est bien car ainsi je peux mieux vous tenir entre mes dents. Confrontez-vous à tout ce qui paraitra faire de vous un adulte. Drague, films ou jeux effrayants, beuveries et nombreux amants. Je le conseille, usez vos émotions et vos sentiments, car je vous le dis, par après ce sera beaucoup plus confortable d’affronter la vie sans.

Mais réjouissez-vous car vous voilà presque arrivé à l’age adulte. Vous êtes désormais autorisé à devenir un être libre de la mode et tout à fait indépendant. Voilà, seulement il faut bien que cette originalité suive encore quelques codes – qui jamais écrits – ne manquent pas moins d’être très importants. Car bien sûr l’originalité suit la mode de son temps. 

Etudes, language, blagues, comportement, démarche, discours, films, musiques, sport, choix de vie, ce que vous buvez, ce que vous mangez… Surtout, ne vous trompez pas, et faites ce qui se fait d’habitude en matière d’originalité. C’est un choix sûr… à défaut d’avoir de l’originalité ! Mais ne vous inquiétez pas, vous aurez le choix entre quelques rôles différents. L’intellectuel/le qui décrypte l’art et lis les meilleurs romans, le/la rétrograde de droite adepte de Maupassant, Le joyeux buveur.se qui surtout ne vit pas en réfléchissant, Le progressiste gauchiste ouvert et bien pensant, Le.a loup.ve business courant après gloire et argent, Le jeune rangé qui ne rêve que d’être marié et parent… 

Attention, désormais le jugement est condamné, l’intolérance intolérée. Vous me dites que ce n’est pas censé ? Si, si je vous assure, attendez seulement, je vais vous l’expliquer. L’on va désormais vous juger mais sans porter de jugement. Les phrases du type “Je ne juge pas mais il/elle devrait” sont idéales dans ce contexte délirant. 

Cela vous permettra d’être une belle personne qui peut ainsi juger derrière l’image d’un être sans jugement. Vous me suivez ? N’oubliez pas, dans cette société le paraître est plus important que l’être et ce que vous dites de vous est plus important que les actes que vous posez. Dans le même registre il y a quelques points qu’il est très important que vous souteniez mais seulement avec des paroles car nul besoin d’être sincère, c’est un prix à payer beaucoup trop cher. 

La nature. Il n’est pas nécessaire de la connaître ou de la vivre. Une fois par an, chausser vos bottines à gros crans et partez avec tente et vêtements voyants. Cela fait bien, pour suivre le mouvement qui se préoccupe du monde de demain. Que vos mains n’aient jamais connue la boue ou que vous ne sachiez pas distinguer le merle de la mésange à leur chant, n’est pas pertinent.

Selon les générations, il est du bon ton de partir en voyage dans le mode qui est d’actualité. Tous les 30-40 ans partirons en famille en voilier, les 20-30 ans en couple en camionnette aménagée, ainsi chaque génération aura son sa mode de locomotion.

Si vous êtes un homme, parlez de l’émancipation de la femme et de respect mais en privé, ne vous privez pas de les évaluer et de les reluquer comme de simples poupées. Criez au scandale quand une femme se fait violer mais abuser de votre force pour jeter une demoiselle visée dans une piscine toute habillée. C’est une excellente manière de draguer. Vous êtes un mâle alpha, prédateur et convoiteur, du moment que vous parlez de respect devant ces dames l’on ne va pas vous demander de vous comporter comme un être profondément civilisé. Vous êtes un homme, la culture vous autorise à la perversité. 

Si vous êtes une femme, jouer la carte émancipée, à petite dose ça fait craquer les hommes à draguer, mais ne vous inquiétez pas, vous pourrez chercher un mâle pour tondre la pelouse, donner des enfants et un toit assuré. Appelez à l’aide quand de lourds travaux sont à effectuer mais crier au scandale quand un homme vous demande de repasser. Aujourd’hui la faiblesse est une force mais surtout un excellent levier pour obtenir des deux mondes tout ce que vous voulez. Jouez la docilité pour ferrer les poissons quand c’est nécessaire mais ne manquez pas d’ensuite tirer les ficelles par derrière. Vous êtes une femme, la ruse est votre meilleure conseillère. 

Rêvez d’amour, chantez l’amour, regardez l’amour, lisez l’amour, parlez l’amour, jouez l’amour, Mais gardez-vous de le vivre ! Bien entendu, c’est une illusion, vous la jouerez avec fracas et tendre émotion quand votre biologie vous pressera de contracter une union. Dans ce cas, puisque vous étiez satisfait de votre vie jusque là, nul raison de faire des concessions, choisissez quelqu’un qui semble présenter de bonnes options et cliquez simplement sur le bouton, “démarrez l’importation”. Si tout à coup le fichier – ou l’amoureux, c’est plus romancé – à importer dans votre vie semble avoir certaines demandes qui lui sont propres au nom du coeur, annulez et recommencez avec un autre fichier que vous pensez pouvoir d’avantage personnaliser. Après tout vous avez droit à votre propre bonheur, je ne vous ai pas formé à composer avec un autre humain qui a aussi ses propres envies et ses humeurs. Le mariage est un spectacle à ne pas manquer avec ses rites obligés.

La bague au doigt ou l’appartement commun acheté, vous êtes paré pour la grande vie. Les passions humaines plus émoussées ou plus déguisées qu’à l’adolescence, vous allez enfin pouvoir vous sentir installés dans le plan tout tracé. Entouré d’un conjoint et d’enfants bien rangés vous allez paraître si beau et bien lissé. Désormais vous connaissez si bien les codes que vous ne savez même plus que vous y êtes conformé car même votre rationalité a soigneusement été formatée.

Vous apprendrez à vos enfants à faire de même, vous l’avez compris, être marginal c’est bien trop risqué.

Et si par malheur, moi société, je venais un jour à vous dégouter, ne croyez pas que ce serait si facile de me balancer. Vous êtes un animal grégaire, mon Cher, rappelez-vous votre souffrance d’enfant rejeté date encore d’hier…. 

“L’individu à toujours du lutter pour ne pas être engloutit par le groupe. Si vous essayer vous vous sentirez souvent seul, parfois angoissé mais nul prix n’est trop cher à payer pour conserver le privilège d’être un individu.” Friedrich Nietzsche

N.B. A celui ou celle que le facile ne satisfait pas, j’approuve et je dis que le bonheur ne rime pas toujours avec facilité. Audace et sagacité, un regard critique et un sens de l’observation vraiment détaché et l’on est déjà à moitié libéré….

Par chance, certaines personnes sont nées avec un système immunitaire spirituel qui tôt ou tard rejette une conception du monde illusoire, greffé sur eux à la naissance à travers le conditionnement social. Ils commencent à sentir que quelque chose ne va pas et se mettent à chercher des réponses. Une connaissance intérieure et des expériences anormales extérieures leur montrent un côté de la réalité auquel les autres ne sont pas conscients, et ainsi commence leur chemin d’éveil.  Chaque pas sur ce chemin est posé en suivant son coeur plutôt que la foule et en choisissant la connaissance à la place du voile de l’ignorance. Henri Bergson


You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply